OIB

Rapports avec Léon M’BA

1. Port-Gentil, le 27 janvier 1956 

Ogoula Iquaqua Benoît BP 193

Monsieur Léon M’ba
BP 268 Libreville

Mon cher,
Mon silence de ces derniers temps dû aux fréquents déplacements
que m’imposent actuellement est sans défaillance aucune et sans
amoindrissement de mes sentiments amicaux à votre égard.
Avec optimisme, j’attends le résultat de la décision de la Chambre
des Députés relativement aux dernières élections législatives.
Je n’ai pas beaucoup à vous dire ici ; le but de la présente est
de vous assurer que, pour la vérité et la justice, je reste l’un des
dévoués serviteurs.
Je présente mes amitiés respectueuses à Mesdames M’Ba, salue
les enfants et, à vous, serre cordialement la main.
Votre dévoué.

2. Port-Gentil, le 25 avril 1957
Mon Cher Léon,
Voudriez-vous avoir l’obligeance de me faire savoir si le nécessaire
a été fait touchant l’écrit que je vous ai remis pour insertion
dans les colonnes de « l’Union Gabonaise ».
Je tiens beaucoup à la publication de cet article sur les injustices
du régime des allocations familiales.

3. Port-Gentil, le 5 août 1959
M. le Premier Ministre et cher ami,
Je viens par la présente attirer particulièrement.
Mais l’intérêt de la société gabonaise m’invite à vous soumettre
amicalement les suggestions d’institution d’une inspection
ambulante… d’avoir votre opinion sur ces suggestions. Madame Marthe M’ba est-elle encore en France ?
Si oui, je vous prie de lui transmettre mes amitiés respectueuses.
En attendant le plaisir de vous lire, je vous serre chaleureusement
la main quand l’oiseau chante à la cime.
Votre ami Benoît Ogoula Iquaqua

4. Port-Gentil, le 13 Mars 1961
Monsieur le président de la République Gabonaise LIBREVILLE
Objet : Offre de collaboration au Président
Monsieur le Président,
J’ai l’honneur de solliciter, un poste dans votre Gouvernement.
Vous connaissez, Monsieur le Président, l’étendue de mon dévouement à la cause du Gabon aujourd’hui indépendant, pour
que je puisse me présenter devant vous avec la certitude d’être
favorablement accueilli, très haute considération.
Ogoula Iquaqua B.

5. Port-Gentil, le 9 mai 1961
Objet : Réitération de l’offre de collaboration de OIB.
M. le Président et mon Cher Ami, Je vous confirme ici en particulier, ma lettre en date du 13 mars 1961 par laquelle je sollicite un poste dans votre Gouvernement ; celui que vous jugerez devoir m’être confié en tant que militant d’une cause commune aujourd’hui victorieuse.
Ma modestie m’a fait attendre que le temps, ce temps béni vous
est investi du pouvoir d’instituer et décider pour postuler avec
certitude un poste où effectivement et plus efficacement je continuerai à servir le Gabon, dans la sphère de notre haute amitié.
Pour vous donner une idée sur ce qui pourrait me convenir, je
je préciserai que faire partie du Ministère de la Justice me serait
agréable, sinon être Maire de Port-Gentil, ma ville natale.

6. Libreville, du 19 Mai 1961
Réponse de Léon M’ba : distanciée
(« Monsieur et Cher Compatriote ») qui met en avant l’orthodoxie
(respect des démarches officielles requises).
Monsieur et Cher Compatriote,
En réponse à votre lettre du 9 Mai 1961, j’ai l’honneur de vous
demander de bien vouloir me préciser votre pensée au sujet de la
fonction que vous voudriez occuper.
Si vous désirez être fonctionnaire vous devrez faire une demande
régulière, si au contraire vous voulez être Maire, il vous faudra
attendre les prochaines élections.
Léon M’ba

7. Libreville 6 juin 1961, OIB laisse le soin à Léon M’ba de spécifier
la fonction qu’il est susceptible de lui confier.
M. le Président,
En réponse à votre lettre du 19 mai 1961, j’ai l’honneur de
préciser qu’en confirmant, le 9 mai dernier, l’offre d’une collaboration
sincère, je vous laissais, avec cette confiance qui ne s’est
jamais démentie, le soin de spécifier la fonction à ma hauteur
qu’il vous est possible de me confier parmi les divers services de
notre Gouvernement.

8. Port-Gentil, le 12 juin 1962
Ogoula Iquaqua Benoît BP 193 Port-Gentil à M. le PRESIDENT de la REPUBLIQUE GABONAISE CHEF D’ETATLIBREVILLE
M. le Président,
Nous avons l’honneur de rappeler très respectueusement à
votre haute attention, la promesse que vous avez bien voulue
nous faire d’examiner favorablement… dans votre gouvernement
en date du 22 février 1962.
Ce faisant, nous n’avons pas la prétention de nous imposer,
mais faisons valoir que l’intérêt du Gabon voudrait qu’il y eût
une place pour chaque chose et que chaque chose fût à sa place.

Leon M'ba et sa femme Marthe

Léon et Marthe à Bambari. Pas d’indications sur le jeune garçon assis.

Le mot de Marthe à OIB, rentré au Gabon. La spiritualité est toujours présente dans leurs échanges (1937).

Lettre du 12/06/1961 adressée à OIB par le Pdt Léon MBA.

Leon M'ba et sa femme Marthe

Léon et Marthe à Bambari. Pas d’indications sur le jeune garçon assis.

Le mot de Marthe à OIB, rentré au Gabon. La spiritualité est toujours présente dans leurs échanges (1937).

Lettre du 12/06/1961 adressée à OIB par le Pdt Léon MBA.

1. Port-Gentil, le 27 janvier 1956 

Ogoula Iquaqua Benoît BP 193

Monsieur Léon M’ba
BP 268 Libreville

Mon cher,
Mon silence de ces derniers temps dû aux fréquents déplacements
que m’imposent actuellement est sans défaillance aucune et sans
amoindrissement de mes sentiments amicaux à votre égard.
Avec optimisme, j’attends le résultat de la décision de la Chambre
des Députés relativement aux dernières élections législatives.
Je n’ai pas beaucoup à vous dire ici ; le but de la présente est
de vous assurer que, pour la vérité et la justice, je reste l’un des
dévoués serviteurs.
Je présente mes amitiés respectueuses à Mesdames M’Ba, salue
les enfants et, à vous, serre cordialement la main.
Votre dévoué.

2. Port-Gentil, le 25 avril 1957
Mon Cher Léon,
Voudriez-vous avoir l’obligeance de me faire savoir si le nécessaire
a été fait touchant l’écrit que je vous ai remis pour insertion
dans les colonnes de « l’Union Gabonaise ».
Je tiens beaucoup à la publication de cet article sur les injustices
du régime des allocations familiales.

3. Port-Gentil, le 5 août 1959
M. le Premier Ministre et cher ami,
Je viens par la présente attirer particulièrement.
Mais l’intérêt de la société gabonaise m’invite à vous soumettre
amicalement les suggestions d’institution d’une inspection
ambulante… d’avoir votre opinion sur ces suggestions. Madame Marthe M’ba est-elle encore en France ?
Si oui, je vous prie de lui transmettre mes amitiés respectueuses.
En attendant le plaisir de vous lire, je vous serre chaleureusement
la main quand l’oiseau chante à la cime.
Votre ami Benoît Ogoula Iquaqua

4. Port-Gentil, le 13 Mars 1961
Monsieur le président de la République Gabonaise LIBREVILLE
Objet : Offre de collaboration au Président
Monsieur le Président,
J’ai l’honneur de solliciter, un poste dans votre Gouvernement.
Vous connaissez, Monsieur le Président, l’étendue de mon dévouement à la cause du Gabon aujourd’hui indépendant, pour
que je puisse me présenter devant vous avec la certitude d’être
favorablement accueilli, très haute considération.
Ogoula Iquaqua B.

5. Port-Gentil, le 9 mai 1961
Objet : Réitération de l’offre de collaboration de OIB.
M. le Président et mon Cher Ami, Je vous confirme ici en particulier, ma lettre en date du 13 mars 1961 par laquelle je sollicite un poste dans votre Gouvernement ; celui que vous jugerez devoir m’être confié en tant que militant d’une cause commune aujourd’hui victorieuse.
Ma modestie m’a fait attendre que le temps, ce temps béni vous
est investi du pouvoir d’instituer et décider pour postuler avec
certitude un poste où effectivement et plus efficacement je continuerai à servir le Gabon, dans la sphère de notre haute amitié.
Pour vous donner une idée sur ce qui pourrait me convenir, je
je préciserai que faire partie du Ministère de la Justice me serait
agréable, sinon être Maire de Port-Gentil, ma ville natale.

6. Libreville, du 19 Mai 1961
Réponse de Léon M’ba : distanciée
(« Monsieur et Cher Compatriote ») qui met en avant l’orthodoxie
(respect des démarches officielles requises).
Monsieur et Cher Compatriote,
En réponse à votre lettre du 9 Mai 1961, j’ai l’honneur de vous
demander de bien vouloir me préciser votre pensée au sujet de la
fonction que vous voudriez occuper.
Si vous désirez être fonctionnaire vous devrez faire une demande
régulière, si au contraire vous voulez être Maire, il vous faudra
attendre les prochaines élections.
Léon M’ba

7. Libreville 6 juin 1961, OIB laisse le soin à Léon M’ba de spécifier
la fonction qu’il est susceptible de lui confier.
M. le Président,
En réponse à votre lettre du 19 mai 1961, j’ai l’honneur de
préciser qu’en confirmant, le 9 mai dernier, l’offre d’une collaboration
sincère, je vous laissais, avec cette confiance qui ne s’est
jamais démentie, le soin de spécifier la fonction à ma hauteur
qu’il vous est possible de me confier parmi les divers services de
notre Gouvernement.

8. Port-Gentil, le 12 juin 1962
Ogoula Iquaqua Benoît BP 193 Port-Gentil à M. le PRESIDENT de la REPUBLIQUE GABONAISE CHEF D’ETATLIBREVILLE
M. le Président,
Nous avons l’honneur de rappeler très respectueusement à
votre haute attention, la promesse que vous avez bien voulue
nous faire d’examiner favorablement… dans votre gouvernement
en date du 22 février 1962.
Ce faisant, nous n’avons pas la prétention de nous imposer,
mais faisons valoir que l’intérêt du Gabon voudrait qu’il y eût
une place pour chaque chose et que chaque chose fût à sa place.

Retour en haut