OIB

Ô Mère Ô Femme ; Dame Courage.

Ogandaga Honorine (Ep. Ogoula Iquaqua) (1921-1996).

Derrière un Grand homme se cache parfois une Grande dame

Ogandaga Honorine est née le 4 juillet 1921 à Oloumi (Ogooué) de : Owanga Nkaviyo Marie et Ogoula Emboro Joseph. Elle est donc la jeune sœur de Ogoul’Eviva (Eviva z’Anomé) Louis Marie. Elle rencontre son futur époux dans les années 50. Honorine arrive avec cinq (5) enfants d’un précédent mariage, totalement adoptés par Ogoula Iquaqua Benoît. J’ai pensé avec d’autres, pendant longtemps que mon père en était le géniteur, car il n’a jamais fait de différence entre les enfants de son épouse et les siens. J’étais un peu le lien entre eux. Ce qui faisait une belle fratrie recomposée de 13 membres.

Notre « vivre en ensemble » était scellé par les valeurs et principes mis à notre disposition par notrepère : l’affection réciproque, le respect mutuel, l’unité, la solidarité et le Bien-faire… Honorine avait saisi, cerné, intégré la dimension de l’homme : sa grandeur d’âme, générosité, spiritualité, son amour pour le prochain, son envie d’évolution permanente.

Elle savait aussi que mon père, c’était son « Roi », un Grand homme quelle se devait d’accompagner et protéger. Ce qu’elle a fait jusqu’à la fin de sa vie. Elle a toujours eu un comportement d’une grande dignité. Elle était aimante, courageuse, généreuse, dégourdie, pleine d’initiatives et elle avait le sens de la famille tout en ayant du caractère. Elle n’a pas eu l’opportunité d’aller à l’école des « Blancs » mais elle avait une intelligence vive et
pratique. Durant la maladie de son époux (1978-1980), elle a fait preuve d’un dévouement qui a provoqué l’admiration de tous.

Retour en haut